JOURNAL DE BORD

CARTOGRAPHIE EN DIRECT

JOUR 17

Samedi 26 novembre 2022

Message de Fabrice - 26/11/2022 - 08H34 - "La ligne d'ombre"

La ligne d'ombre c'est un roman de Conrad qui désigne notre lot quotidien et nocturne à savoir les lignes de grains et leur cortège de nuages noirs et de vents forts, soudains et violents qui peuvent vous retourner comme une crêpe si vous avez le malheur de vous faire surprendre, confère Jess il y a quelques jours. J'ai beaucoup aimé le petit texte de Philippe Poupon, intitulé "la diablesse" qui décrit poétiquement les météors alizéens, phénomènes d'évaporation et de redistribution sous forme de précipitations et de vents forts qui ont été fatals à Gilles Buckenhout.

C'était l'ambiance de la nuit dernière, où vous estimez parfois que ce nuage noir qui vous couvre progressivement n'est pas trop dynamique et qu'il n'y a pas lieu de rouler le gennaker...en gardant une main sur l'écoute au cas où l'appréciation n'aurait pas été la bonne.

Les premiers sont arrivés hier, c'était le tiercé dans le désordre que j'avais estimé, même avec la redistribution des cartes suite aux plombages cassés et pénalisant en temps rajouté. Félicitations à tous !

La prévision pour nous est plutôt lundi matin au petit jour, je me serais de toute façon arrangé pour arriver de jour sur la ligne c'est quand même plus sympa pour tout le monde !

JOUR 16

Vendredi 25 novembre 2022

Message de Fabrice - 25/11/2022 - 08H55 - "Croisements"

Hier après midi j'ai croisé Morgane Ursault Poupon, on a discuté par vhf pour se donner des nouvelles et puis nos routes ont divergées comme j'allais plus vite, on devrait arriver néanmoins à des intervalles assez rapprochées.

Des vibrations dans le moteur ce matin, peut être des sargasses, on commence à en voir de plus en plus et leur prolifération est un vrai problème sur les côtes des Antilles.

Passé sous la barre des 500 milles cette fin de course est longue avec un alizé qui faiblit et fluctue sans arrêt, je vais manquer la remise des prix qui n'a pas été décalée malgré le départ à J+3, je délègue à mon équipe pour récupérer le prix du 1er à Fréhel, que je n'avais pas obtenu il y a quatre ans faute d'avoir terminé la course (c'est pas très équitable cette vision des choses).

JOUR 15

Jeudi 24 novembre 2022

Message de Fabrice - 24/11/2022 - 07H07 - "Le syndrome Ravussin"

Hier soir annonce du chavirage de Jess [Gilles Buekenhout] alors en tête de notre catégorie. Halvard Mabire (je lisais ses aventures sur le voilier Morbihan autour du monde sur la Whithbread quand j'étais gamin !) concurrent de la classe Multi également parlait dans l'échange de mail du Syndrome Ravussin, coureur suisse qui avait mené haut la main la Route Du Rhum - Destination Guadeloupe (2002?) et qui chavire alors qu'il est largement en tête mais qui continue à mettre la poignée dans le coin alors qu'il suffisait d'assurer le coup...

Je ne sais si les conditions était les mêmes pour Gilles sur Jess, mais c'est bien dommage parce cette course lui était promise, malgré ses déboires d'il y a quatre ans et son avarie majeure en convoyant son bateau sur Saint-Malo quelques jours avant le départ.

De mon côté j'ai eu la nouvelle alors que je venais de rouler mon gennaker pour la nuit, j'espérais pouvoir le garder le ciel était dégagé en début de nuit bien étoilée, et puis des nuages sont apparus, je me disais que ce n'était peut être pas des grains parce que les bouffes d'accélérations n'était pas très franches mais je me suis retrouvé un moment avec 28 noeuds de vent sous gennaker et je me suis dit à voix haute "que fais-tu mon garçon de tes résolutions !"

J'ai réduit la toile et j'ai passé toute la nuit dans des lignes de grains à 30 noeuds...

toute la toile est à nouveau à poste, on reste vigilant !

JOUR 14

Mercredi 23 novembre 2022

Message de Fabrice - 23/11/2022 - 07H07 - "Adieu les 1000 miles"

On est passé en dessous des 1000 milles du nord de la Guadeloupe, c'est un cap mentalement.

L'alizé semble tourner à droite ce qui nous oblige à faire une route sud et arriver à la Guadeloupe par le sud....sauf qu'il faut faire le tour par le nord, ça fait de la route en plus !

Hier en fin d'après midi la girouette principale s'est définitivement arrêtée, le pilote était perdu, mon joker technique avait fini sa journée, j'ai du me débrouiller tout seul et basculer la girouette de secours sur le branchement de l'autre (appel de la direction de course pour les prévenir que je mets à la cape, frontale, lunettes, recoins sombre du bateau et la fournaise...) opération rapide et réussie, ça tient ! Ouf ! On peut reprendre la route.

Nuit en tribord amure à enchainer les lignes de grains, au petit matin j'empanne parce que le vent a encore tourné, je laisse passer un dernier grain énorme à 34 noeuds, j'espérais avoir de la pluie pour une petite douche, même pas ! L'onde est passée loin du bateau...

Le vent revient à des conditions maniables pour moi j'envoie enfin le gennaker et la GV [grand voile] haute et c'est parti pour un bord qui devrait durer quelques jours.

JOUR 13

Mardi 22 novembre 2022

Message de Fabrice - 22/11/2022 - 07H02 - "Tobogan"

Hier pire journée de la course, l'électronique est tombée en panne au lever du jour, comme ça sans raison particulière. Grand moment de solitude; il y a 25 noeuds de vent, la mer est formée...heureusement j'ai deux contacts tels deux jokers que je peux solliciter, Xavier de NKE et Gilles de Teem Lorient. Je passe une partie de la matinée au tél avec l'un à essayer différentes solutions (ça veut dire aller au fond du bateau débrancher des fils, interchanger les pilotes et rappeler pour vérifier) ça marche !

Une heure après ça marche plus ! Empannage involontaire le bateau est en travers de la piste les voiles gonflées à contre sens, le mât tient bon... Nouveaux échanges, nouveaux essais, sans succès le premier joker botte en touche et me conseille le second joker... Nouvelle procédure (la même en fait mais ailleurs, débranchement, rebranchement, échange de pilote, changement de girouette, je vois à peine avec la buée sur mes lunettes et ma lampe frontale dans la fournaise des recoins du bateau, puis ça fonctionne durablement, ouf il est 15h, j'ai commencé les procédures à 8h ce matin... Merci et bravo les jokers !

Fin de journée dans une mer formée mais ordonnée à enchaîner les longues glissades et les surfs comme sur un tobogan idem pour la nuit ponctuée de deux empannages (volontaires cette fois) pour suivre les rotations du vent.

I y a une lumière scintillante très vive, rouge/vert sous la constellation d'Orion, on dirait un avion, il faut que j'arrive à l'identifier.

1236 milles de la Guadeloupe !

JOUR 12

Lundi 21 novembre 2022

Message de Fabrice - 21/11/2022 - 08H11 - "What the F..."

Nuit ventée, elle était prévue, j'ai réduit fortement la toile hier avant la nuit dans 30 noeuds de vent et une mer formée, j'en avais marre de serrer les fesses à chaque surf et de me demander si j'allais planter dans la vague précédente que je rattrapais.

La nuit a tenue ses promesses avec ses rafales régulières au dessus de 35 noeuds, je m'en suis remis au pilote automatique et suis allé me coucher je n'avais rien d'autre à faire, le poste de barre sur ce bateau est un non sens, exposé en permanence aux explosions de vagues sur la coque et les bras de liaisons, vive les années 80 !

Grosse frayeur ce matin en renvoyant la toile, la centrale électronique se met en panne, plus d'informations vent, le pilote automatique est perdu et si j'empanne involontairement c'est la cata. Je préviens la direction de course et mon routeur, histoire de n'inquiéter personne, que je mets le bateau à la cape (stabilisé à l'arrêt pour qu'il dérive dans le sens du vent) afin de trouver une solution.

Longs échanges téléphonique avec Xavier de NKE qui nous a déjà sauvé en début de course, qui me fait faire des manipulations, passer un instrument en maître l'autre en esclave (j'ai le sentiment d'être de retour sur les bancs de la fac avec Hegel !) des déconnexions, reconnexions, rien ne marche, c'est pire encore... jusqu'à ce qu'il identifie l'appareil suspect qui met tous les autres en erreur, celui là on le neutralise et c'est reparti ! Merci Xavier !!!!

Rien de plus stressant que d'être dépendant d'un outil qu'on ne maîtrise pas...

Je me demande parfois ce que je fais là, pourquoi je m'impose ça, chaque fois je me dis que c'est mon histoire, je n'ai pas trouvé de scénario différent ou les autres scénari ne me convenaient pas, ce projet me dépasse maintenant, j'embarque beaucoup de monde dans cette aventure et ce sont les valeurs portées qui importent...

JOUR 11

Dimanche 20 novembre 2022

Message de Fabrice - 20/11/2022 - 08H27 - "L'autoroute du Soleil"

Les journées se suivent et se ressemblent. On est à 1690 milles de la pointe de la Vigie au nord de la Guadeloupe, l'équipe et la famille prennent l'avion aujourd'hui comme c'était prévu avec un départ initial de la course le 6 novembre, ça leur permettra de s'acclimater et de profiter de la Guadeloupe avant mon arrivée !

Le vent est toujours aussi soutenu entre 22 et 28 noeuds, j'essaye de trouver le meilleur compromis au niveau des voiles, j'essaye parfois d'avoir un peu plus de toile quand ça mollit mais invariablement je me retrouve surtoilé à mon goût avec un niveau de stress qui me ramène à mes choix quant au ratio risques/intérêts, le but premier étant d'arriver avec le bateau intègre à la Guadeloupe...

J'ai chaussé la prothèse mécanique et ça fonctionne bien pour les déplacements et manoeuvres, plus de recharge de batterie à gérer.

Mon moignon va mieux, j'ai eu des ampoules (flictènes) dues au frottement et à la perte inévitable de volume et il a fallu les soigner en liaison avec le médecin de la course avant de me retrouver au milieu de l'Atlantique loin des routes habituelles des cargos si jamais il y avait surinfection.

Je suis resté plusieurs jours sur une patte (comme la poule de Guirrec Soudée !) sans ma prothèse pour pouvoir sécher et cicatriser la peau en priant pour ne pas que ça s'infecte et que les conditions météo ne m'obligent pas à trop manoeuvrer. Heureusement j'ai un routeur attentionné en la personne de Christian Dumard qui m'a concocté à cette occasion une trajectoire sud aux environs de Madère pendant plusieurs jours sur le même bord afin de ne pas avoir à chausser ma prothèse!

 

"Tu n'as rien à gagner sur les mers infécondes que souffrance et naufrages" L'Odyssée, Homère.

JOUR 10

Samedi 19 novembre 2022

Message de Fabrice - 19/11/2022 - 08H50 - "2000 miles"

Un grand merci à tous, partenaires, équipe, amis, proches, pour vos messages concernant l'âge du capitaine !

Journée ventée hier ponctuée d'empannages suivant les rotations de l'alizé, les empannages (virement de bord vent arrière pour les débutants) sont toujours délicats par vent forts, le passage de la grand voile s'il est trop violent peut occasionner des dégâts, d'où l'intérêt d'être bien organisé dans la méthode !

La nuit a été éprouvante avec un vent qui s'est renforcé et qui oscillait en permanence entre 25 et 32 noeuds, heureusement j'avais bien anticipé hier en fin de journée et mis en place une voile plus petite prête à être déroulée au cas où, et du coup elle m'a bien servi.

Je suis passé sous la barre des 2000 milles pour l'arrivée au nord de la Guadeloupe c'est un beau cap de franchi !

Merci à tous pour votre énergie communicative!

JOUR 9

Vendredi 18 novembre 2022

Message de Fabrice - 18/11/2022 - 04H46 - "Lautoroute du Sud"

Enfin l'alizé est arrivé comme un cadeau pour mon anniversaire ! On est passé des routes départementales cabossées à l'autoroute du sud, ça file vite et vers la bonne direction. Du coup il faut s'habituer à un autre rythme, aux vitesses élevées, à des nouveaux sons qui sont vos nouveaux repères de sécurité et de bonne marche du bateau, les erreurs se payent cash désormais il faut être encore plus attentif.

J'ai eu ma première vacation radio avec la direction de course ce matin, (j'avais manqué la précédente malgré l'alarme), je pense bien à eux avec le drame de l'arrivée, ils sont comme un équipage qui doit tirer sa force du collectif pour surmonter l'épreuve...

Je ne me préoccupe toujours pas des autres concurrents pour gérer ma course à mon niveau et ne pas me mettre de pression, source de prise de risque inutile.

Mon objectif est de terminer cette course et d'en profiter pleinement et de partager une aventure heureuse avec tous les partenaires.

99340-16-11-fabrice-payen-ile-et-vilaine-cap-vers-l-inclusion-rhum-r-1200-900.jpg

JOUR 7

Mercredi 16 novembre 2022

Message de Fabrice - 14/11/2022 - 13H02

Hier, journée pénible en babord amure contre une mer formée pour aller chercher le front et repartir en tribord. J'ai souffert avec le bateau, pourtant sous toilé, retenant mon souffle au gré des craquements plus ou moins violents. Le front est arrivé plus vite que prévu, j'ai pu renvoyer toute la toile à la tombée de la nuit et repartir sur un bord tribord amure de plusieurs jours pour aller chercher l'alizé aux environs du 18. Ce serait un beau cadeau [d'anniversaire] !

J'ai comaté toute la nuit dans un demi sommeil parfois profond, rêvant que je prenais à nouveau le départ du Rhum, rêvant de Damien Seguin qui avait tout plaqué pour devenir réceptionniste ! (j'ai écouté un podcast sur les secrétaires hier... Je préfère ne pas interpréter) Me réveillant et oubliant même ce que je faisais là, avant de réaliser que oui j'étais bien en course et sur la Route du Rhum - Destination Guadeloupe!

Au lever du jour je suis passé à 7 milles de Madère, c'était beau cette ile posée comme un vaisseau spatial dans la nuit aves ses lumières, et puis le soleil qui surgit et dessine les falaises. Hélas pas d'odeur. Le vent venait du vent de l'île. J'ai toujours des souvenirs impérissables de côtes ou d'îles qu'on n'aperçoit pas mais qu'on devine par les effluves qui en arrivent, fortes comme le pétrichor après la pluie. L'eucalyptus près de la Galice, les senteurs tropicales sous le vent de la Désirade en arrivant par le sud de la Guadeloupe.

La bonne nouvelle du jour c'est que je suis en short, fini les cirés. jJe suis passé sur l'énergie renouvelable avec les panneaux solaires plus performants que la pile à combustible, peu efficace (les aléas de l'économie circulaire !) et l'alternateur du moteur.

On dirait le sud ! 

JOUR 5

Lundi 14 novembre 2022

Message de Fabrice - 14/11/2022 - 08H59

Hier soir [dimanche 13/11] lors de l'appel quotidien à la famille j'ai appris les chavirages de Thibault [Vauchel-Camus] et Brieuc [Maisonneuve].

J'étais rassuré de leur état de santé mais ça m'a sincèrement affecté, parce que tous deux me sont éminement sympathiques. Thibault est mon voisin de ponton à Saint-Malo et Brieuc connait bien la famille de ma femme. Nous évoquions avec Brieuc les histoires d'assurances avant le départ. Les conséquences financières et psychologiques d'une telle fortune de mer (étrange cette expression) sont terribles surtout que les bateaux aussi un outil de travail en dehors de la course... J'espère qu'ils pourront récupérer leur bateau.

Ça me ramène à l'expérience d'il y a quatre ans. Quatre jours de course et tout s'arrête, tout ce travail et cette énergie investis, ce gâchis. Cela a certainement eu un impact sur ma façon de naviguer cette année, même si je n'étais pas imprudent il y a quatre ans. Mon objectif cette année est d'arriver, peu importe le temps voire, la course. Je ne m'informe d'ailleurs pas de la position des concurrents de ma classe. J'ai suffisamment à gérer avec ma prothèse, le sens de mon projet est au delà. 

Hier à la tombée de nuit, j'ai eu un appel de Banque Populaire, Armel [Le Cléach] était en train de me dépasser il a pris gentiment de mes nouvelles et je l'ai interrogé sur sa position (je savais que je n'étais pas en tête avec les ultimes !). Il m'a raconté sa casse de dérive, décidément le Rhum ne lui réussi pas lui non plus...

Tout va bien à bord je continue ma descente vers le sud.

Bonne journée à tous, les vents forts sont presque passés, il me tarde de rejoindre les alizés !

JOUR 4

Dimanche 13 novembre 2022

Message de Fabrice - 13/11/2022 - 07H31

Journée maussade hier. Temps gris, mer agitée de face, vent forcissant. J'ai croisé mon ami Erwan [Thiboumery] sur interaction vacation VHF. Tout va bien à bord !

Grosses céphalées à plusieurs reprises ces derniers jours. J'ai contacté le médecin de la course cette nuit pour doser les antalgiques.

Cette nuit c'était le passage du front pour gagner dans l'ouest et aller chercher la rotation de vent sur les conseils de mon routeur. C'était comme dans les manuels de météo, j'ai viré de bord et suis tribord amure. Une nouvelle organisation à bord du coup, tout est trempé à bord... Vivement le soleil !

JOUR 3

Vendredi/Samedi 11/12 novembre 2022

Message de Fabrice - 12/11/2022 - 06H10

Cargo culte, un de mes morceaux préféré, une vision Rimbaldienne de Serge Gainsbourg : c'était l'ambiance de la deuxième nuit. 

J'ai traversé le trafic montant et descendant du DST [dispositif de séparation du trafic] de Ouessant et il y avait du monde ! La grande évolution en terme de sécurité grâce au dispositif AIS [système d'identification automatique] c'est que les cargos vous appellent plus facilement désormais dès qu'il y a route de collision. Chacun connait le nom et la caractéristique de l'autre à proximité.

Surprise ! Une voix féminine m'appelle sur le canal 16. C'est le tanker Madre de Deus (ça ne s'invente pas !), une femme à la passerelle d'un cargo ça ne m'était jamais arrivé ! Quelle heureuse évolution ! Elle me demande mon intention, je lui explique que je suis en solo, en course (en gros que je n'ai pas trop envie de manœuvrer). Elle déroute son tanker de quelques degrés, la classe ! Merci Madame et vive les femmes à la conquête de l'univers masculin !

Journée bricolage ensuite, j'ai pu renvoyer ma GV [grand voile] haute et mettre tous les chariots plus facilement à poste que prévu. J'ai changé une poulie d'écoute de grand voile qui avait explosée et j'ai terminé par un peu de mécanique en retendant la courroie de l'alternateur...(quand tout vous réussi il faut avancer dans la liste bricolage c'est comme à la maison).

Journée calme et peu ventée, route sud vers le Cap Finisterre. Un peu de repos avant d'affronter des conditions plus soutenues (les coureurs pros disent viriles...) qui nous attendent. 

La lune accompagne nos nuits ces jours-ci et je suis heureux de retrouver des ciels étoilés.

JOUR 1

Jeudi 10 novembre 2022

Message de Fabrice - 10/11/2022 - 20H34

6h20 passage  des écluses. Heureusement on a trouvé une bouée d'attente à Dinard, le temps de réaliser que l'électronique donne des infos erronées d'angle de vent. Ça commence bien... Hugo, le préparateur, se penche sur la question et réussi après deux bonnes heures à trouver la panne, OUF !

Il est temps d'aller sur la ligne [de départ]. Bon départ, dans le timing, la mer était formée avec le vent de face. 

Je réalise rapidement que je ne peux pas lâcher la barre, le pilote donne des angles incohérent, heureusement j'ai pu manger avant parce que je vais rester à la barre toute la journée et une bonne partie de la nuit.

J'arrive à trouver un mode dégradé pour que le pilote [automatique] prenne le relais mais la route est erratique, il y a des concurrents partout autour de moi, pas moyen de se reposer ou de manger autre chose que des barres énergétiques.

Je pense déjà à faire une escale technique pour réparer, mais voila qu'en pleine nuit, après avoir réduit la grand voile, je réalise qu'une partie amovible du rail de grand voile à disparue et que les lattes de la grand voile sont sorties du rail... C'est un soucis majeur, impossible de continuer sans réparer...

Je pense m'arrêter un temps à Roscoff, mais de nuit sans assistance, avec le vent fort et la mer agitée c'est trop risqué. Je décide de continuer et d'envisager Camaret pour m'arrêter.

Au matin, en allant au pied du mât je trouve le morceau de rail qui tient par miracle sur le trampoline ! Après plusieurs échanges avec le préparateur et des techniciens ils trouvent enfin la solution pour le pilote automatique, la journée commence bien cette fois !

Descente par le chenal du four, toujours aussi beau ! Un petit message à Yann Tiersen, le parrain du bateau (avec Faustine Noël) qui vit sur Ouessant et qui guette le passage du bateau. Virement devant Sein vers le Sud Ouest. La deuxième nuit peut commencer plus sereinement !